Nathalie Joffre

Nathalie Joffre

Nathalie Joffre 

Artiste française née en 1981, elle partage sa vie entre Londres et Paris.
Le travail de Nathalie Joffre s’inscrit entre passé et présent. Elle interroge l’inconscient et la mémoire sur les traces laissées par les archives photographiques. Son travail combine la photographie, la vidéo, mais aussi l’écriture. Le tryptique vidéo He told me that his garden… est le fruit d’une recherche d‘archives de l’hôpital psychiatrique Bethlem de Londres.
Pendant un an, Nathalie Joffre a collecté une importante quantité de portraits photographiques réalisés par le photographe Henry Hering entre 1857 et 1859, 106 photographies qui comportent, pour 49 d’entre elles, les initiales et le diagnostic médical de chaque patient. L’artiste a voulu interroger la relation qu’elle entretenait avec ces photographies, avec les patients qui y figuraient, mais aussi avec la charge psychique et intellectuelle que générait leur lieu de conservation. Nathalie Joffre a voulu voir dans ces photos un corps accessible et vivant, et non pas seulement un matériau poussiéreux et figé dans le temps.

http://www.nathaliejoffre.com

LAURÉATS, Manon ROUGIER

Manon Rougier est une jeune artiste plasticienne. Après un échange de 6 mois à l’UQAM, Montréal, elle obtient en 2015 son DNSEP à l’École nationale supérieure d’Art d’Aix-en-Provence. Elle participe à de nombreux festivals et expositions, entre Marseille et Aix-en-Provence, mais également au Portugal à Fundão pour l’exposition de sa fin de résidence au Musée Moagem. Aujourd’hui, elle vit et travaille à Aix-en-Provence et transcrit son art au travers d’installations, du volume et du dessin.

Sa démarche artistique se concentre sur les mondes miniatures qui constituent, selon elle, une aire intermédiaire entre la sphère du monde réel et celle du monde imaginaire. La distance imposée par le changement d’échelle est le point de départ de son travail. Elle traite des notions d’inaccessibilité et de fascination. Ces voyages mettent en lumière des espaces de transitions invisibles où ses sculptures, fragiles, et ses photos, évanescentes, sont d’une infinie poésie.

Site internet

Nour Awada

Nour Awada

Après une licence d’Arts plastiques à la Sorbonne, Nour Awada est diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2012. Elle obtient le prix Talents Contemporains de la Fondation François Schneider en 2013 pour Les Ruisselantes.

Nour Awada détourne des mythes pour en faire des terrains de jeux où la répulsion et le toucher deviennent un des enjeux de la pièce. Ses dernières créations vidéo (co-réalisées avec Jacques Girault) mettent en scène des corps dans des compositions oniriques.

« Ses pièces, comme des objets de culte, sont faites pour susciter de nouveaux rites (…). Entre attraction et répulsion, le spectateur est mis au défi de ces formes charnelles fascinantes et déroutantes. »

Jeanne Barral, critique d’art.

 

Elsa Guillaume

 

 

Elsa Guillaume 

Elsa Guillaume a obtenu son diplôme des Beaux-Arts de Paris en 2013. L’artiste qui à vecu plusieurs années à Londres et à exposé dans divers pays (Russie, le Japon, Turquie…), s’inspire de l’univers aquatique pour nous livrer une série d’œuvres en céramique.

Cut Squid représente un céphalopode débité en dix morceaux soigneusement disposés sur une table qui fait office à la fois de table de dissection et de table de banquet. En nous transportant dans cet univers aseptisé, presque chirurgical, l’artiste nous offre une vision imagée des viscères de l’animal.

http://www.elsaguillaume.com