Nathalie Joffre

Nathalie Joffre

Nathalie Joffre 

Artiste française née en 1981, elle partage sa vie entre Londres et Paris.
Le travail de Nathalie Joffre s’inscrit entre passé et présent. Elle interroge l’inconscient et la mémoire sur les traces laissées par les archives photographiques. Son travail combine la photographie, la vidéo, mais aussi l’écriture. Le tryptique vidéo He told me that his garden… est le fruit d’une recherche d‘archives de l’hôpital psychiatrique Bethlem de Londres.
Pendant un an, Nathalie Joffre a collecté une importante quantité de portraits photographiques réalisés par le photographe Henry Hering entre 1857 et 1859, 106 photographies qui comportent, pour 49 d’entre elles, les initiales et le diagnostic médical de chaque patient. L’artiste a voulu interroger la relation qu’elle entretenait avec ces photographies, avec les patients qui y figuraient, mais aussi avec la charge psychique et intellectuelle que générait leur lieu de conservation. Nathalie Joffre a voulu voir dans ces photos un corps accessible et vivant, et non pas seulement un matériau poussiéreux et figé dans le temps.

http://www.nathaliejoffre.com

Sélection d’œuvres des 10 candidats pour le Prix Icart Artistik Rezo 2016

GALERIE PHOTOS

Sélection dœuvres des 10 candidats pour le Prix Icart Artistik Rezo 2016

© Caroline BÉNECH : photographie, arts numériques
© Clément COLLANGE : photographie
© Edwin CUERVO : installations, photographie, techniques mixtes
© KId KREOL & BOOGIE (duo) : peinture murale, performance
© Guillaume LO MONACO : installation
© Charly N’DOUMBE : installation, vidéo
© Jeff RIOUX- COSSON : installations
© Manon ROUGIER : installation, dessin, photographie
© Julie SARLOUTTE : broderie
© Keen SOUHLAL : sculpture, dessin, photographie

Keen Souhlal

Keen SOUHLAL

Après un Master de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, Keen Souhlal a suivi diverses formations lui permettant de produire une œuvre riche et complexe. Elle utilise le bois, la céramique, la photographie, le dessin, ou encore la sculpture et cet éclectisme de médiums lui permet d’envisager la nature selon une grande diversité de points de vue et de procédures.

L’objet de réflexion de l’artiste est l’élément brut, extrait de son environnement naturel. Influencée par une large palette de mouvements, du Land Art à l’Arte Povera, l’artiste croise les matériaux, les formes et les techniques pour des rendus à la fois bruts, sensibles et délicats qui révèlent les tensions entre force et fragilié.

Site internet

Julie Sarloutte

Julie SARLOUTTE

Julie Sarloutte est une artiste diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2014. Elle a participé à de nombreuses expositions collectives. Sa pratique artistique se concentre sur un médium original, les broderies montées sur châssis en bois, dans une démarche pop et décalée.

Ses œuvres détournent la douceur apparente de la broderie classique pour créer des contrastes avec les sujets représentés, parfois violents ou mystérieux, voire inquiétants. Elle extrait des fragments qui émanent des écrans de télévision et les sélectionne pour leur étrangeté ou leur ambiguïté. Elle décide alors de transformer ces arrêts sur image en icônes. Ces images télévisuelles regagnent ainsi en densité et symbolique à travers l’accumulation des fils de coton.

LAURÉATS, Manon ROUGIER

Manon Rougier est une jeune artiste plasticienne. Après un échange de 6 mois à l’UQAM, Montréal, elle obtient en 2015 son DNSEP à l’École nationale supérieure d’Art d’Aix-en-Provence. Elle participe à de nombreux festivals et expositions, entre Marseille et Aix-en-Provence, mais également au Portugal à Fundão pour l’exposition de sa fin de résidence au Musée Moagem. Aujourd’hui, elle vit et travaille à Aix-en-Provence et transcrit son art au travers d’installations, du volume et du dessin.

Sa démarche artistique se concentre sur les mondes miniatures qui constituent, selon elle, une aire intermédiaire entre la sphère du monde réel et celle du monde imaginaire. La distance imposée par le changement d’échelle est le point de départ de son travail. Elle traite des notions d’inaccessibilité et de fascination. Ces voyages mettent en lumière des espaces de transitions invisibles où ses sculptures, fragiles, et ses photos, évanescentes, sont d’une infinie poésie.

Site internet

Jeff RIOUX-COSSON

Jeff Rioux-Cosson est un jeune artiste plasticien originaire de Paris. Après une formation en Métiers d’Arts section céramique, il est actuellement en 5e année de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. La sculpture est devenue son médium de prédilection.

Son travail porte essentiellement sur l’essoufflement de la forme et repose sur le déséquilibre. L’artiste déconstruit pour réinterpréter des objets du quotidien : il y a du mouvement, du dynamisme et de la tension dans ces sculptures qui nous interpellent comme des formes vivantes. La société de consommation est une de ses thématiques. Il s’intéresse notamment à l’influence de firmes puissantes qui poussent parfois ses cibles à des achats compulsifs et irrationnels. On retrouve souvent une symbolique religieuse dans ses installations.

Site internet

Charly N'DOUMBE

Charly N’doumbe est diplômé de l’École supérieure d’arts plastiques de la Ville de Monaco depuis 2015. Il a participé à plusieurs expositions collectives, comme Garden Party du Pavillon Bosio à Monaco en 2015 ou Le Genre à Kéramis au Centre de la céramique en Belgique en 2014. Il a aussi réalisé la scénographie pour le spectacle de danse la Table d’Ephysis pour les Ballets de Monte-Carlo.

L’artiste s’intéresse aux codes de la gestuelle. Pour dénoncer le diktat des canons de beauté, il conçoit des installations vidéo donnant à voir les carcans invisibles qui maintiennent nos corps sous contrôle permanent. Ses captations projetées dans l’espace donnent une dimension sculpturale au projet.

Guillaume LO MONACO

Originaire du Var, et actuellement en dernière année de Master à l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence, Guillaume Lo Monaco est un jeune artiste qui utilise une pluralité de médiums, de l’installation au graphisme, en passant par la sérigraphie.

Très marqué par les événements du 11 septembre 2001 qui ont changé sa perception du monde, il explore à la fois l’histoire passée, l’empreinte du présent laissée sur les hommes et le futur de l’humanité. Ses œuvres sont pour lui le moyen d’exprimer une critique acerbe et personnelle du monde. La peur, la mort, la destruction programmée sont des thématiques chères à Guillaume Lo Monaco. Il traite aussi de la perte de l’innocence, de la propagande. Choquer ou amuser sont pour lui des manières d’interpeler le public.

Site internet

CANDIDATS, Kid KREOL & BOOGIE (duo)

Jean-Sébastien Clain et Yannis Nanguet se rencontrent au cours de leurs études à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts du Port (Île de la Réunion). Ils décident de former le duo Kid Kréol & Boogie. Très actifs dans le milieu du street-art, ils ont participé à de nombreux festivals, réalisant des performances en direct, et ont travaillé dans de plusieurs pays comme l’Afrique du Sud, le Brésil, Madagascar, ou encore la Slovaquie. Leur démarche artistique tend vers la révélation d’un imaginaire créole réunionnais.

Dans son univers graphique, le duo développe la peinture murale parce que son caractère intime contraste avec les formats « définis » (toiles, papiers etc.). Ainsi, il réalise une performance devant les spectateurs, une œuvre en direct où le mural, de par sa dimension monumentale, interagit directement avec le corps. Une pratique immersive qui favorise les interactions.